Aider l'ANSS c'est aider les orphelins du sida à réaliser leur rêve de vie La prévention du VIH commence par le dépistage Prenons la mains des enfants infectés et/ou affectés par le VIH. Accompagnons-les ensemble Photo de famille:Personnel et membres de l'ANSS

PPSS

 

Historique du Projet Paris Sida Sud

Contexte d’intervention

Au Burundi comme ailleurs, la prise en charge des enfants rendus orphelins à cause du sida a toujours été une difficulté majeure tant pour les programmes nationaux de lutte contre le VIH/Sida (peu de politiques et de programmes dédiés) que pour les communautés elles mêmes (la solidarité familiale ne jouant plus son rôle lorsqu’il s’agit des enfants affectés ou infectés par le VIH/sida).

Les associations pionnières dans la lutte contre le sida comme l’ANSS, l’APECOS et la SWAA ont dû adapter leur réponse suite aux nombreuses pertes de leurs membres, qui, par conséquent, laissaient derrière eux des orphelins souvent eux même infectés.

Elles vont approcher leur fidèle partenaire SIDACTION (ONG Française) pour exprimer leurs inquiétudes  suite  à un nombre croissant d’orphelins du sida, face auxquels les structures n’avaient pas de réponse adéquate.

Les 3 organisations vont monter un projet commun avec Sidaction pour un cofinancement sollicité à la Mairie de Paris.

C’est ainsi que démarre le projet Paris Sida Sud en 2004.

Il s’agissait  d’un projet pilote qui avait  comme objectif la démonstration  de la faisabilité d’une prise en charge globale des orphelins et enfants vulnérables dont ceux infectés, doublement touchés par le VIH/Sida. 

Ce premier projet va prendre en charge 180 enfants qui vont bénéficier :

  1. D’un soutien scolaire (paiement des frais scolaires, des cours de rattrapage, des frais de déplacement pour les enfants qui habitent loin de l’école et du matériel scolaire…) ;
  2. D’une prise en charge  médicale y compris les traitements ARV (avant même la mise à disposition des traitements pédiatriques par le gouvernement), la consultation par des médecins, l’accès à des consultations spécialisées si nécessaire, le paiement des frais d’hospitalisation et des médicaments…
  3. D’un soutien social : paiement des loyers, appui nutritionnel, réhabilitation des maisons, appui vestimentaire…
  4. D’un soutien psychologique (soutien en groupe ou alors individualisé si besoin) ;
  5. Et d’un appui économique (octroi de fonds aux familles tutrices pour des activités génératrices de revenus).

De 180 enfants  en 2004, le projet appuie aujourd’hui (2014) plus de 2 000 enfants au niveau de l’ANSS et de la SWAA.

Le projet a une équipe multidisciplinaire composée de médecins, de psychologues, d’infirmières, d’assistants sociaux…et est coordonné au niveau national par Mme Jeanne Gapiya NIYONZIMA

 

Copyright 2011 PPSS. Conçu par Dieudonné MUGISHA
Joomla templates 1.7 by Hostgator